LE CHEMIN DE FER - PROJET FOIX QUILLAN

 
 
puce 1869-1870 PROJET : SAINT GIRONS-PERPIGNAN

Dans sa session de 1869, le Conseil Général de l'Ariège émet le vœu de la mise en place d'une jonction entre la ligne de Toulouse-Foix et celle de Carcassonne-Quillan ainsi que l'établissement d'un chemin de fer de Foix à Saint-Girons.
Cette même année les Conseils généraux des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, demandent que soit créé un chemin de fer qui, partant de Rivesaltes et remontant la vallée de l'Agly,  rejoindrait à Quillan la ligne en construction de Carcassonne-Quillan et la ligne de jonction projetée de  Foix à Quillan.
Le Conseil Général de l'Aude soutient le projet de liaison Saint Girons-Perpignan via Quillan. Il complèterait le parcours ariégeois Il passerait par Sainte Colombe, Chalabre, Puivert, Nébias, Quillan, Axat. Soit 50 km pour un cout d'environ quinze millions de francs.
Pour tous les conseillers la liaison Foix-Quillan s'impose, car existe un itinéraire de 65 km via Lavelanet, Bélesta et Puivert,  desservi tous les jours par diligence. La commune de Lavelanet va voter une subvention de 500 francs pour soutenir le projet.
 Le 2 mai 1870, M. le Ministre des Travaux publies décida de créer un service d'études d'un chemin de fer de Saint-Girons à Perpignan, par Foix et Quillan.. Le 25 juin suivant, le Ministre des Travaux publics ouvrait un crédit de 5,000 Fr., pour les études de la section comprise entre Saint- Girons et la limite du département . L'Ingénieur en chef Decomble se mit immédiatement à l'œuvre 3496 francs était dépensée lorsque  la guerre franco-allemande fit suspendre les opérations sur le terrain.
 

A l'époque, le département de l’Ariège était desservi par deux embranchements de chemin de fer. Ils se greffaient sur la ligne principale Toulouse -Bayonne. Le premier , celui de Portet-Saint-Simon à Foix comprenait en Ariège  39 kilomètres et cinq stations,: Saverdun , Vernet-d'Ariége , Pamiers, Varilhes et Foix. En plus, deux haltes pour les voyageurs sans bagages existaient à Verniolles et à Saint-Jean-de-Verges.
Le deuxième, celui de Boussens à Saint-Girons se composait, en Ariège, de 15 kilomètres, deux stations, Prat-Bonrepeau et Saint-Girons, et deux haltes , Caumont et Saint-Lizier.

 
 
 
1899 : PREMIER AJOURNEMENT DU PROJET FOIX QUILLAN

Dans la séance du 23 août 1898, le Conseil général de l'Ariège avait émis le vœu que la ligne sous-pyrénéenne soit complétée par l'exécution d'une voie ferrée de Saint-Paul-Saint- Antoine à Quillan, par Lavelanet. Le 25 novembre, le préfet avait transmis ce vœu à M. le Ministre des Travaux publics. Le 2 décembre il reçut la dépêche suivante : La ligne de Saint-Paul-Saint-Antoine à Quillan par Lavelanet n'est pas concédée, et elle n'a pas été classée dans le réseau complémentaire des chemins de fer d'intérêt général par la loi du 11 juillet 1879. Or, il existe actuellement un certain nombre de lignes concédées, classées ou déclarées d'utilité publique, dont les nécessités budgétaires ont obligé d'ajourner la construction. Dans cette situation, mon administration ne peut mettre à l'étude de lignes nouvelles que dans des cas exceptionnels, lorsqu'il s'agit de desservir de grands intérêts commerciaux ou des intérêts militaires. Le chemin de fer de Saint-Paul-Saint-Antoine à Lavelanet et à Quillan ne paraissant pas remplir cette fonction....

1902 - 1903 - 1907 : REACTIVATION DU PROJET FOIX QUILLAN
Par une dépêche, en date du 15 février 1901, M. le Ministre des Travaux publics prescrivit l'ouverture des études d'une ligne de Saint-Paul à Lavelanet et par une nouvelle dépêche en date du 2 avril 1901 la continuation au-delà de Lavelanet jusqu'à Bélesta. L'avant-projet fut présenté le 24 mars 1902.
L
a dépense est évaluée a 5,830,000 francs. L'ouverture de l'enquête a été ordonnée à partir du mardi 22 avril 1902 par arrêté préfectoral du 19 du même mois.
La Commission d'enquête s'est réunie le 22 mai. Le rapport des Ingénieurs a été adressé à l'Administration le 18 décembre 1902.
Par décision en date du 25 février 1903, M. leMinistre a prescrit la continuation des études jusqu'à Quillan ou Axât et, par un arrêté du 6 juin, il a créé les cadres du personnel affecté à ces étudest en cours dans les deux départements de l'Ariège et de l'Aude.

 
LOI DU 2 AOUT 1907
ART. 1er.: Est déclaré d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement des chemins de fer ci-après :
i° Saint-Paul-Saint-Antoine à Lavelanet et à Bélesta(Ariège);ART. l\. II est pris acte de la délibération par laquelle le conseil général de l'Ariège
(21 août19022) s'est engagé à fournir à l'Etat une subvention égale aux dépenses d'acquisition des terrains nécessaires à l'établissement, sur le territoire de ce département, de la ligne de Saint-Paul-Saint-Antoine à Lavelanet et à Bélesta

Batiment de la Gare désafectée St Paul St Antoine en 2014

Lors de la session de 1907 le Préfet rappelle que des crédits ont été mis, chaque année, à  disposition. Les avant-projets de la section comprise entre Saint-Paul-Saint-Antoine et Villeneuve-d'Olmes et des trois raccordements à la gare de Lavelanet :
1° Du tracé par le col de Bénaix ; 2° Du tracé par le col de Saint-Jean ; 3° De la station Saint-Jean-Lavelanet; ont été adressés le 22 juillet 1905 à M. le Ministre des Travaux publics. On a étudié diverses modifications à apporter au tracé, notamment aux abords de Lavelanet et des viaduc et souterrain de Nalzen§/ On étudie encore dans l'Aude le tracé entre le col de Babourade et Quillan. On procède à l'implantation de l'axe et au lever des profils en travers en vue de préparer le projet de tracé et de terrassements de la ligne de Saint-Paul-St-Antoine à Lavelanet et à Bélesta.
Le projet de loi tendant à déclarer d'utilité publique cette dernière ligne a été adopté le 27 juin 1907 par la Chambre des députés et le 9 juillet suivant par le Sénat
1914
Le projet de tracé et de terrassements de la ligne de Saint-Paul-Saint-Antoine à Lavelanet et à Bélesta. a été approuvé par décision ministérielle du 16 novembre 191 2, sous réserve de quelques légères modifications et des changements qui pourraient résulter de l'emplacement des stations. Cette même décision autorisait l'ouverture de l'enquête des stations laquelle a eu lieu du 12 au 20 janvier 1913.
Une nouvelle décision ministérielle en date du 8 novembre 1913 a approuvé définitivement le projet de tracé et de terrassements, ainsi que les emplacements des stations.
On s'occupe dans les bureaux de la préparation des projets définitifs d'exécution. A la suite d'un vœu du Conseil général et d'une délibération de la Chambre de commerce de l'Ariège, M. le Ministre des travaux publics fait connaître, par dépêches en date des 23 novembre 1913 et 12 mars 1914' il ne paraît pas possible de procéder immédiatement aux acquisitions de terrains nécessaires à l'établissement de cette ligne.
Il estime que cette opération ne pourra avoir lieu qu'après l'approbation des projets définitifs car ceux- ci pourraient entraîner des modifications au tracé prévu. Le service constructeur prépare en ce moment les plans parcellaires et les formalités d'acquisition pourront être abordées aussitôt après l'approbation de ces projets.
Toutefois les plans parcellaires des stations qui sont fixées d'une manière définitive ont été remis au
service des expropriations et un agent de ce service est allé aux mairies des communes intéressées et dans les bureaux de l'enregistrement pour faire les extraits qui doivent précéder et proposer l'estimation des terrains

La mobilisation du mois d'août 1914 a fortement réduit le personnel attaché aux trois sections ; néanmoins, on continue à travailler avec les agents non mobilisés à la préparation des projets des ouvrage d’art, tout en poursuivant en même temps l'étude des déviations de routes et des dérivations de cours d'eau pour le lot de St-Paul-de-Jarrat.
Il avait été question d'utiliser la main-d’œuvre des prisonniers allemands, mais le voisinage de la frontière espagnole a fait abandonner ce projet.
Nous espérons, dans le courant de l'année;, être en mesure de présenter à l'Administration le dossier d'adjudication du lot de la section de Saint-Paûl-de- Jarrat, mais les faibles crédits alloués sur les fonds de l'exercice 1915 ne nous font entrevoir la possibilité de cette mise en adjudication qu'en 1916.

1922
Chemin de fer de Saint-Paul-Saint-Antoine à Lavelanet et Bélesta.
Longueur delà ligne principale... 27, 927,48 Prolongement de la ligne de Brama
Lavelanet 1 826,12 Ensemble 29 k 753,60 Déclaration d'Utilité publique du 2 août 1907.
Concédé à la Compagnie du Midi par la loi du 24 avril 1907. Projet de tracé et de terrassements approuvé les 16 novembre 1912 et 8 novembre 1913.
Pour les éludes définitives de cette ligne et pour l'exécution des travaux d'infrastructure, il a été constitué trois sections comprenant un lot chacune :
Premier lot, dit de Saint-F'aul-de-Jarrat.—Du kilomètre 0.200 au kilomètre 9.668,36; longueur :
9,468,36 ml. Les conférences techniques sur le projet d'exécution avec les services ordinaire, hydraulique et vicinal sont terminées. Le 24 décembre 1920, nous avons adressé le projet définitif à la Compagnie du Midi pour avoir son adhésion. Dès que la réponse de la Compagnie nous
sera parvenue, le dossier d'exécution des travaux comportant le cahier des charges d'adjudication sera adressé à l'Administration supérieure.
Deuxième lot, dit de Nalzen. — Du kilomètre 9.668,36au kilom. 19.573,82; longueur : 9.905,45ml.
Les études de ce lot ont subi quelque retard, le chef de section qui en était chargé ayant été mobilisé pendant toute la durée de la guerre. Cependant, la préparation des dossiers de conférence avec les divers services est actuellement très avancée, et celles-ci pourront être ouvertes très prochainement.
Troisième lot, dit de Lavelanet. — Du kilomètre 19 573,82 au kil. 27.927,48; longueur : 8.353,66 ml.,
plus 1.826,12 ml pour le prolongement de la ligne de Bram à Lavelanet.
Les conférences avec les services ordinaire, hydraulique et vicinal sont terminées. Le projet définitif sera adressé très prochainement à la Compagnie du Midi pour obtenir son adhésion.
Les plans parcellaires sont terminés en minute dans les trois sections et il sera possible de commencer l'acquisition des terrains dans le courant de l'année

 
4° Chemin de fer de Quillan à Bélesta Longueur : 27 k. 519. Déclaration d'utilité publique du 23 mars 1914. Concédée à la Compagnie du Midi par la loi du 23 mars 1914.
La Compagnie du Midi prépare le projet de tracé et de terrassements et procède notamment à l'étude d'une variante passant par le Col de la Serre et d'une autre variante aux abords de la gare de Puivert.
Foix, le 16 mars 1921. L'Ingénieur en chef, CONTE.

ISSN : 1626-0139

Retour page d'accueil
Mail to : Robert Faure
 

29/11/2013