Il n'est pas aisé de reconstituer le passé lointain de Tréziers.

Les récits des anciens du village, tel Noël Faure, qui ont recueilli des savoirs séculaires, qui se transmettaient lors des veillées, au coin du feu, sont des témoignages bien précieux pour nous qui ne disposons que de peu de documents sur l'histoire de Tréziers :

"Sur cette terre entre le Pech de Balaguier et la rivière de l'Hers il y eut d'abord le temps des cabanes de bois et de pierre. Lorsque le pays fut christianisé la première église était à Saint Pierre, à coté de La Bouiche sous le château de Montaragou. Il n'y avait pas encore de vrai village. La "plaine" de l'Hers et la zone de Tréziers auraient été défrichées par les moines  de Camon . Ceux ci auraient construit des bâtiments sur la colline dominant la vallée, ce serait l'origine du château. Plus tard l'église Saint Martin aurait été édifiée à coté pour accueillir les population des différents écarts comme le Cazal des Faures."

La présence des moines du prieuré de Camon est attestée par les toponymes : des parcelles de la vallée de l'Hers on gardé jusqu'au siècle dernier le nom "Les canonges".

Les défricheurs de Camon ne possédaient pas l'intégralité du territoire. Comme à Mirepoix et à Fanjeaux, de multiples coseigneurs se partageaient les terres.

 
En 1209 Simon de Montfort donne à son fidèle lieutenant Guy de Lévis maréchal des croisés la terre de Mirepoix . Il dépouille Roger de Mirepoix et bien d'autres seigneurs de la région. Tréziers fait partie de la nouvelle seigneurie de Mirepoix
 
En 1298 Jean de Lévis et son épouse Constance de Foix fondent l'Abbaye Notre Dame de Beaulieu. Leur fils Jean II de Lévis seigneur de Mirepoix engage en faveur d'Azemarre de Lissac l'abesse, tous les revenus du lieux de Tréziers(1)
 
Dés les premiers actes de partage de la lignée Lévis, à l'occasion des successions, on constate que la terre de Tréziers est composée de plusieurs fiefs dépendant de Mirepoix:
 
bulletEn 1301 il est écrit (en latin) : "Guillelmus Audivini, les héritiers de Stéphanis de Baiula, les héritiers de Philippe Bridau et Bertrand de Roumengoux tiennent fiefs à Quié, Cavanac (au sud ouest de Roumengoux) et Tréziers".
 
bulletEn mars 1371 dans son dénombrement Guillaume de Voisins déclare un fief tenu à Tréziers
 
bulletEn 1510 dans le mémoire d'évaluation des biens de la maison de Mirepoix il est précisé qu'il est reçu pour Tréziers hommage de plusieurs vassaux nobles :
  1. Jean de Cazalet, coseigneur, qui tient quelques fiefs rapportant 1000 livres tournoi
  2. Les héritiers de Manses qui possèdent quelques fiefs rapportant 500 livres tournoi.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source :
(1)Notre Dame de Beaulieu, Abbe Robert 1909
(2)l'application de la coutume de Paris au pays Albigeois,p82, Pierre Timbal, 1950, Privat,Toulouse