premiers documents sur treziers
PREMIERS DOCUMENTS
 

Les documents les plus anciens qui mentionnent la paroisse de Saint Martin de Tréziers sont des registres de la curie romaine. Ils prenaient attachement des revenus en provenance des diocèses. Etaient portés les montants de la procuration, de la dîme et autres tributs perçus des paroisses.

Au quatorzième siècle, lors de la création du diocèse de Mirepoix, le titulaire d’une paroisse disposait des revenus qui y étaient attachés. Il pouvait être à la fois chanoine de la cathédrale et avoir le bénéfice de Saint Martin de Tréziers. Le curé « bénéficiaire » de la paroisse se devait de fournir la procuration à l’évêque et aux autorités ecclésiastiques qui visitaient son église.  Celle-ci, à l’origine, consistait en la fourniture de  la nourriture et du logement aux visiteurs et à leur suite. Il était interdit de donner de l’argent pour s’exonérer de ces prestations.

Toutefois petit à petit, au prétexte que certaines paroisses étaient incapables de procurer un gîte et couvert convenables, des dérogations à la règle furent permises. Nombre d’évêques préférèrent alors s’en passer et recevoir de l’argent en compensation. Cette façon de procéder, au départ dérogatoire, devint finalement la règle. Il fut exigé des écus sonnants et trébuchants. Une partie était reversée à Rome. Bientôt, pour mieux contrôler ce revenu, un collecteur apostolique fut désigné par la curie romaine.

En 1375, sous le pontificat de Grégoire XI, le chapelain de Tresseriis (Tréziers) était taxé à hauteur d’une demi procuration de soixante dix livres. Le même tarif était appliqué aux chapelains de Lagarde(Garda), Roumengoux (Romengosio), Corbières (Corberiis), Sonnac (Sonnaco), au sacristain de Mirepoix (Mirapisce). Il était porté à deux cents livres pour le chapitre de la cathédrale de Mirepoix.

Cette année là le collecteur porta sur le registre, en face du chapelain de Tréziers, detraliatur quoi impotens. La contribution était abandonnée vraisemblablement pour tenir compte de la faiblesse des ressources, de l’insolvabilité de la paroisse.

Le titre de chapelain de Tréziers était un bénéfice qui était accordé moyennant le paiement d’une redevance représentant à une année de revenus. Sous le pape Clément VI, dans les années 1342-1352, le collecteur pontifical Guillaume de Toulouse recteur de Vibran collecte trente six livres toulzas au titre de la paroisse de Tréziers (1). A la même époque l’office de sacristain de Camon coûtait quarante six livres. En 1358 le Prieur de Camon remit au collecteur Etienne de Vasignac quatre cent soixante quinze livres soit treize fois plus que le chapelain de Tréziers.

 Le chapelain percevait de ses paroissiens une fraction (le dixième) des produits de la terre et de l’élevage : la dîme. Une partie de celle-ci revenait à la curie romaine. Dans les comptes de la Décime de 1385  la paroisse de Tréziers payait une livre seize sols. Roumengoux payait trois fois plus.

 Le Jeudi Saint l’évêque procédait à la consécration du Saint Chrême. Il était élaboré à partir d’onguents et autres huiles. Il était utilisé pour administrer les sacrement notamment ceux du baptême et de l’extrême onction.

A l’issue de la cérémonie du Jeudi Saint dans la cathédrale de Mirepoix ces Saintes Huiles étaient réparties dans les paroisses. Une petite rétribution était versée pour participer aux frais. Dans le rôle de distribution de l’année 1524, Philippe de Lévis étant évêque, le recteur de Roumengoux donne dix deniers, celui de Corbières deux deniers. Tréziers n’apparaît pas dans le registre. On peut supposer que le recteur de Roumengoux s’occupait des deux paroisses. Ce fut souvent le cas. Assez souvent on trouve dans les registres paroissiaux de Saint Martin de Tréziers l’inscription de baptême ou de décès concernant Roumengoux.

 

(1)   . Jean Marie Vidal, Documents pour servir à dresser le pouillé de la province ecclésiastique de Toulouse au XIV siécle, Foix, Vve Francal, 1900, p73 – Collectoriae tt234 ff 94-105

 
Retour Paroisse

ISSN : 1626-0139
 

mail to : faure.robert@wanadoo.fr

 

23/07/2009