Curés et Révérends
de Saint-Martin de Tréziers

 Dans les siècles passés le prêtre en charge de la paroisse de Saint-Martin de Tréziers était un personnage qui, encore plus que les seigneurs, déterminait fermement les caractéristiques de la vie sociale des communautés de Tréziers et du Cazal des Faures.

En langue populaire, l’occitan dit-on de nos jours, on l’appelait communément « le rictou ». Au fil du temps, dans les annales et les documents, on lui donna des noms divers. Dans des temps les plus anciens ce fut le capelan. Au dix huitième siècle, c'est le recteur, plus rarement le curé. Souvent un chanoine de la cathédrale de Mirepoix recevait la charge de la paroisse de Tréziers. Dans la pratique, il se faisait remplacer par un vicaire. Il conduisait les âmes, disait la messe et administrait les sacrements.

A la Révolution, l'Assemblée Nationale en votant la constitution civile du clergé, fit du curé un fonctionnaire de l'Etat. Il devait prêter serment devant les représentants du peuple. On disait alors de lui qu’il était assermenté, constitutionnel  ou encore jureur.

L'organisation territoriale de l'Eglise était calquée sur le découpage administratif de la France. Il fut prévu 50 diocèses et au moins une cure par canton. En accord avec le Préfet l'évêque divise les cures en succursales. Le curé est à la tète de la cure. Dans la succursale il y a le desservant.Il peut être aidé par un vicaire. Tréziers a le statut de succursale.

 

Après 1801 le vocabulaire s'amenda.
Dans les pièces officielles on continuait à employer les termes de succursale ou d'annexe pour qualifier la paroisse de Tréziers. Pour le curé, on disait : citoyen ministre du culte catholique. Quelques années plus tard il redevint le « curé de la paroisse ». L’usage de cette dénomination restera constant jusqu'à nos jours.

 
 
CURES SOUS L'ANCIEN REGIME DE GRANIER A CARABEN 1860-1875 DISCORDES
     
PREMIERS CURES Anecdotes JEAN BAPTISTE BERGE DERNIERS CURES
     
PIERRE ROUANET ACHAT DU PRESBYTÈRE  LEON MARTY
     
 

ISSN : 1626-0139

 

18/10/2010

 

mail to : faure.robert@wanadoo.fr

 

Retour accueil

mail to : Robert Faure